File Megazine : Punk ‘Til You Puke !*

Non rien à voir avec un obscur fanzine photocopié distribué à la sortie du CBGB. Rien à voir non plus avec Magazine, le groupe punk formé par Howard Devoto en 1977. FILE Megazine est une défunte revue d’art contemporain publiée par un trio d’artistes canadiens connus sous le nom de General Idea et actifs entre 1969 et 1994.

J’ai pour ma part découvert leur existence en visitant l’exposition Haute Culture qui s’est récemment achevée au Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Créée en 1972 et publiée jusqu’en 1989 (soit 26 numéros), FILE Magazine (devenu Megazine par la suite) constitue l’une des multiples activités du collectif General Idea dont la tâche a consisté à employer tous les médias disponibles (imprimé, courrier, peinture, sculpture, vidéo, performance…) pour ne cesser de questionner les mythes de la société occidentale, en premier lieu desquels la place de l’art et de l’artiste. Le principe premier du groupe est « la forme suit la fiction ».

Pour prendre un raccourci brutal, General Idea c’est un peu comme si les Inconnus avaient frayé dans le monde de l’art conceptuel plutôt que dans celui du spectacle humoristique. Fondé à Toronto en 1969 par Felix Partz, Jorge Zontal – tous deux décédés en 1994 – et AA Bronson, le trio constitue une identité artistique sous laquelle les trois artistes se retranchent, souhaitant ainsi se « libérer de la tyrannie du génie individuel ».

We knew that in order to be glamorous

we had to become plagiarists, intellectual parasites

Fascinés par la culture de masse, il s’emparent de ses codes et moyens d’expression. Ils en détournent les symboles, à l’instar du nom et du logo de leur magazine qui parodient un périodique mondialement célèbre : FILE=LIFE. De célèbres numéros spéciaux, très pops, portent notamment sur le « Glamour » ou le « Punk ».

Devenu pur objet de consommation, leur art en a toutes les caractéristiques, encore aujourd’hui. Si on veut lire FILE, il faut soit passer par le réseau de l’occasion soit claquer les 200 € que coûte la collection complète parue en reprint en 2008.

Il est regrettable qu’un tel produit de la culture populaire ne soit pas disponible gratuitement sur internet, premier média du genre.  C’est là la preuve d’une Muséification abusive de l’art contemporain, lequel se pense pourtant en opposition à l’art classique et à la pesanteur des discours académiques sur l’art….

* Titre du numéro spécial publié à l’automne 1977 : Punk ‘Til You Puke !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s